Jacques Cheminade, l’homme qui avait prédit la crise financière

6102016

Voici Jacques Cheminade lors de l’élection présidentielle de 1995.

Le candidat, souvent qualifié à tord de farfelu par les médias, avait prédit la crise financière. Voici un exemple de ce qu’il déclarait à l’époque, le plus souvent face à des journalistes peu conciliants.

 

Image de prévisualisation YouTube




Découvrez la mission pour la Sicence et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis

5102016

Connaissez-vous la :

Mission pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis

Office for Science & Technology at the Embassy of France in the United States

 

Pour la découvrir, cliquez ICI




Un Skytran à Bordeaux ?

31072014

Nous vous parlions du Skytran à Toulouse ICI même, voici que l’idée vient de refaire surface à Bordeaux.

 

Un Skytran à Bordeaux ? dans Coup de projecteur sur

Exemple de ce que pourrait donner un Skytran

 

Plusieurs articles mentionnent en effet ce projet, jusqu’à France 3 Aquitaine, et Alain Juppé a clairement exprimé son intérêt pour cette solution novatrice. Une page Facebook soutenant le projet vient également de voir le jour (ICI).

 

Science Positive apporte son soutien à ces initiatives et tout particulièrement à cette page Facebook que nous vous encourageons à rejoindre !

 

Nous verrons donc si les lignes bougent et si l’avenir nous donne raison, mais le futur est à nos portes, il nous appartient de le soutenir !




Plus loin dans la fusion froide

7052014

Suite à la carte blanche laissée à Jean-Paul Biberian (Lire ICI), ENSEM de Nancy spécialisé en électronique et physique nucléaire (1969), Docteur-Ingénieur en Physique de l’Université AIx-Marseille (1971), Docteur es-science de l’Université Paris VI (1975),  Maître de Conférences  de Physique de l’Université Aix-Marseille (retraité depuis 2012), Spécialiste de l’étude des surfaces des matériaux, et de la fusion froide, nous avons reçu de très nombreuses réactions.

Aussi, nous avons tenu à aller plus loin avec ce nouvel article que nous vous proposons aujourd’hui.

La Fusion froide est définie comme :

ce qui semblait être une fusion nucléaire réalisée dans des conditions de température et de pression ambiantes, utilisant des techniques dérivées d’une expérience réalisée par Martin Fleischmann et Stanley Pons en mars 1989. Cette expérience se caractérisait par un dégagement de chaleur non explicable par la quantité d’énergie électrique reçue (faisant fondre l’électrode). Les phénomènes de ce domaine scientifique sont aussi appelés LENR (low-energy nuclear reactions), CANR, LANR, CMNS, BL, Sonofusion, Bubble fusion, CNT ou Transmutations biologiques.

Les travaux sur la Fusion froide ont subi, dès l’expérience de Pons & Fleischmann, un à priori négatif de la communauté scientifique. En effet, les deux chercheurs n’avaient pas respecté tous les protocoles et de nombreux chercheurs n’ont pas réussi à reproduire leur expérience.

Certains scientifiques ont également soutenus les deux chercheurs et le sujet est donc controversé et passionnel.

Signalons que Fleischman travailla également pour Toyota suite à son annonce.

Cette situation a eu pour effet de marginaliser les recherches sur la fusion froide, et seuls quelques chercheurs se sont penchés sur cette question, dont, en France, Jean-Paul Biberian.

Le voici expliquant la fusion froide dans une longue et intéressante discussion :

Image de prévisualisation YouTube

Jean-Paul Bibérian a également tenu à préciser certaines choses concernant sa tribune :

Concernant la fusion froide, il existe de nombreuses réplications faites par différentes équipes. Je reviens de la dernière conférence internationale sur ce sujet qui vient de se terminer à Columbia dans le Missouri aux Etats-Unis où plus de 200 personnes de 21 pays étaient présents. Pour vous renseigner sur la bibliographie, le mieux est d’aller sur le site lenr.org vous pourrez y trouver plusieurs centaines d’articles. Alors que dans les débuts de la fusion froide, les travaux étaient surtout dirigés vers le couple palladium-deutérium, en mode élecrochimique, en ce moment de nombreux travaux se font sur le système nickel-hydrogène en gaz. En particulier, une équipe japonaise a montré un excès de chaleur de 20 Watts avec des nano particules de nickel-cuivre recouvertes d’oxyde de zinc. Cela confirme les travaux précédents de l’équipe Arata également du Japon.

Pour aller plus loin :

Le site de l’International Society for Condensed Matter Nuclear Science : ICI







5emeprimaire |
physix |
lesanimauxenvoiededisparition |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | projetfissionu235
| Kkhiron et ses aventures my...
| Dborah.voyance