Soutenez la Fusion froide avec CryoFusion !

4022014

Science Positive a décidé de relayer l’appel lancé ces jours-ci par la Professeur Jean-Paul Biberian.

 

L’expression médiatique fusion froide désigne des réactions supposées « nucléaires à température et pression ambiante .

Depuis plus de 20 ans, M. Biberian travaille dans les domaines de la fusion froide et des transmutations biologiques.Dès 1993 à  Berkeley en Californie, au Lawrence Berkeley Laboratory avec des moyens de fortune, puis à  Grenoble avec Georges Lonchampt à l’ENSEEG de 1995 à  2000, et enfin à la Faculté des Sciences de Luminy à  Marseille.

Actuellement à la retraite, depuis le 31 août 2012, il lui est de plus en plus difficile de poursuivre ses recherches. D’où l’idée de créer un laboratoire de recherche privé soutenu par des bénévoles aussi bien sur les plans techniques que financiers.

Pour atteindre cet objectif, il a décidé de créér le site cryofusion.org comme plateforme d’information.

Ce site comporte deux parties :

  • une publique accessible à tous avec des informations générales.
  • une privée réservée aux personnes souhaitant participer activement au projet. Celles qui le souhaitent pourront alors avoir accès de manière régulière aux travaux en cours que nous menons au laboratoire. En échange il est demandé un soutien financier régulier afin de soutenir les recherches.


Pour soutenir la recherche sur la Fusion Froide, nous vous donnons donc rendez-vous sur cryofusion.org




La Région Aquitaine et Les Echos lancent NOVAQT, le forum de l’innovation globale en Aquitaine

3122013

La Région Aquitaine et Les Echos lancent NOVAQT, le forum de l'innovation globale en Aquitaine dans Coup de projecteur sur 1476650_375752485904874_1696603594_n

 

L’innovation est au cœur des problématiques des grands enjeux socio-économiques actuels quelque soit le domaine envisagé. C’est avec attention que nous suivrons cette manifestation.

Inscriptions ICI




Carte blanche : La France a besoin de scientifiques techniciens

18102013

Nous avons aujourd’hui le grand plaisir de publier un texte co-signé par quatre hommes politiques majeurs. Cette tribune publiée dans le journal Libération le 14 octobre 2013, nous invite à un sursaut et à changer de paradigme. Nous ne pouvons que partager leur questionnement : « Comment innover si la liberté de créer est constamment remise en cause et si la méfiance envers les chercheurs et les inventeurs est généralisée, alors que l’on pourrait, au contraire, s’attendre à voir encourager nos champions ? Il ne s’agit pas de donner le pouvoir aux scientifiques mais de donner aux pouvoirs publics et à nos concitoyens les éléments nécessaires à la prise de décision ».

La Rédaction

Tribune parue dans le journal Libération du 14 octobre 2013, co-signée par Jean-Pierre Chevènement, Robert Badinter, Alain Juppé et Michel Rocard.

 

La France a besoin de scientifiques techniciens
Nous assistons à une évolution inquiétante des relations entre la société française et les sciences et techniques. Des minorités constituées autour d’un rejet de celles-ci tentent d’imposer peu à peu leur loi et d’interdire progressivement tout débat sérieux et toute expression publique des scientifiques qui ne partagent pas leurs opinions. L’impossibilité de tenir un débat public libre sur le site de stockage des déchets de la Cigéo (site souterrain de stockage des déchets hautement radioactifs proposé par l’Andra) est l’exemple le plus récent de cette atmosphère et de ces pratiques d’intimidation, qui spéculent sur la faiblesse des pouvoirs publics et des élus.

De plus en plus de scientifiques sont pris à partie personnellement s’ils osent aborder publiquement et de façon non idéologique, des questions portant sur les OGM, les ondes électromagnétiques, les nanotechnologies, le nucléaire, le gaz de schiste. Il devient difficile de recruter des étudiants dans les disciplines concernées (physique, biologie, chimie, géologie). Les organismes de recherches ont ainsi été conduits à donner une forte priorité aux études portant sur les risques, même ténus, de telle ou telle technique, mettant ainsi à mal leur potentiel de compréhension et d’innovation. Or, c’est bien la science et la technologie qui, à travers la mise au point de nouveaux procédés et dispositifs, sont de nature à améliorer les conditions de vie des hommes et de protéger l’environnement.

La France est dans une situation difficile du fait de sa perte de compétitivité au niveau européen comme mondial. Comment imaginer que nous puissions remonter la pente sans innover ? Comment innover si la liberté de créer est constamment remise en cause et si la méfiance envers les chercheurs et les inventeurs est généralisée, alors que l’on pourrait, au contraire, s’attendre à voir encourager nos champions ? Il ne s’agit pas de donner le pouvoir aux scientifiques mais de donner aux pouvoirs publics et à nos concitoyens les éléments nécessaires à la prise de décision.

Nous appelons donc solennellement les médias et les femmes et hommes politiques à exiger que les débats publics vraiment ouverts et contradictoires puissent avoir lieu sans être entravés par des minorités bruyantes et, parfois provocantes, voire violentes. Il est indispensable que les scientifiques et ingénieurs puissent s’exprimer et être écoutés dans leur rôle d’expertise. L’existence même de la démocratie est menacée si elle n’est plus capable d’entendre des expertises, même contraires à la pensée dominante.

Robert Badinter, Ancien garde des Sceaux, ancien président du Conseil constitutionnel.
Jean-Pierre Chevènement, Ancien ministre de la Recherche et de la Technologie, ancien ministre de la Recherche et de l’Industrie, ancien ministre de l’Education nationale.
Alain Juppé, Ancien Premier ministre.
Michel Rocard, Ancien Premier ministre.




Financez la recherche !

24092013

L’Institut français des Fondations de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (IFFRES) a lancé ce 23 septembre la version bêta de DaVinciCrowd, la première plateforme de financement participatif entièrement dédiée à la science. Chaque internaute peut dorénavant s’engager à faire avancer la recherche.

Grâce au financement participatif, qui a déjà fait ses preuves en matière de high-tech (KickStarter) ou de musique (My Major Company), c’est désormais la science qui va pouvoir bénéficier de la générosité des internautes.

L’idée est de proposer et d’encourager des projets de qualité, mais aussi donner à chacun la possibilité de soumettre ses propres idées, qu’il aimerait voir intégrés à la plateforme. L’ensemble des projets sélectionnés a été validé par le Comité de labellisation de l’IFFRES. Sur DaVinciCrowd, un donateur pourra donc sélectionner un ou plusieurs projets correspondant à ses critères, puis suivre leur évolution dans le temps.

« Aujourd’hui, avec DaVinciCrowd, nous voulons donner à nos concitoyens la possibilité d’agir parce que la Recherche et l’Enseignement Supérieur sont des domaines qui nous concernent tous et dans lesquels chacun doit pouvoir s’investir activement » déclare Max Anghilante, Président de l’IFFRES.

DaVinciCrowd repose sur la plateforme de dons ZeGive.

Découvrir DaVinciCrowd : davincicrowd.com

Science Positive se réjouie de cette initiative qui va dans le bon sens, celui du progrès !







5emeprimaire |
physix |
lesanimauxenvoiededisparition |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | projetfissionu235
| Kkhiron et ses aventures my...
| Dborah.voyance